Sport

« Metz a montré sa capacité à résister dans des moments difficiles », estime le directeur sportif



A deux jours du derby face à Strasbourg, Philippe Gaillot, le directeur sportif du FC Metz, revient sur les dossiers du mercato hivernal et sur la saison des Grenats, actuellement 18e du championnat avant d’attaquer la phase retour.Beaucoup de joueurs manquent à l’appel, mais vous ne voulez pas recruter pour recruter?On a un groupe avec des joueurs absents, mais on a des jeunes donc si quelqu’un vient c’est pour nous apporter un plus. On veut des renforts. Pas pour faire le nombre. On cherche sur la partie défensive, au milieu défensif et peut être des latéraux. Et on va avoir des réponses en fonction des matches à venir.Comment vivez-vous le Covid?On a eu quelques cas au début mais globalement depuis le début de la pandémie on est passé au travers. Avant Sedan, on a eu zéro cas donc c’est plutôt sain mais ça peut exploser vite.Mieux vaut avoir 11 cas et match reporté que 5-6 joueurs majeurs absents… c’est aussi votre analyse?C’est terrible d’arriver à ce type de calcul. Quand on pense à ça, à faire nos comptes, on ne parle plus de football et cette période est dure, sachant qu’on n’est même pas au sommet du pic. Ça fausse les choses.Beaucoup de joueurs manquent. Vous n’avez pas l’impression d’avoir travaillé dans le vide en tant que directeur sportif?On savait que ça allait arriver, après il faut ajuster. Et on ne peut pas écarter des joueurs parce qu’ils vont à la CAN. Et beaucoup de joueurs sont devenus éligibles à être internationaux africains chez nous, et parfois à 30 ans. Mais on a aussi des
joueurs pour les remplacer. Ça montre la confiance qu’on a en eux pour bien remplacer les départs. Ce compromis doit fonctionner. Et donc le Covid vient compliquer la tâche.Metz doit subir jour après jour?Les tests, les blessés, beaucoup d’aspects sont contrôlés pour avoir une équipe performante. Il faut avoir du recul et gérer comme par le passé. Depuis 2-3 ans, on a eu notre lot de complication. On a toujours gardé la tête froide.Que va-t-il se passer si ce mois de janvier se passe mal?On ne raisonne pas comme ça. On veut être compétitif pour Strasbourg. Les calculs seront faits plus tard s’il faut les faire.L’équipe n’a inscrit que 16 points après les matchs aller…C’est compliqué mais le début de championnat était compliqué. Derrière, c’était plus normal et il faut enchaîner sur ce rythme.Le match de Strasbourg sera particulier, avec la jauge à 5000 supporters…C’est vrai que ça se cumule, surtout pour un derby. C’est une grosse recette, une belle ambiance et là une partie de cet intérêt va disparaître. Les aléas sont là et il faut y faire face en étant pragmatique. Et rester dynamique car on ne veut pas s’apitoyer sur son sort.Metz a fait l’ascenseur depuis une dizaine d’années. Le club est-il assez costaud ?Il a souvent montré dans son histoire sa capacité à résister dans des moments difficiles. On est prêt à le faire encore.Avec le coach Antonetti?Avec une vraie expérience des situations délicates. Il y a une force de club avec des vraies forces et vraies valeurs.

2022-01-07 20:36:48

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page