Politique

les zones d’ombre de l’affaire Noureddine Bhiri – Jeune Afrique

Si le ministre de l’Intérieur a motivé l’arrestation du cadre d’Ennahdha par des « soupçons de terrorisme », le Tribunal de première instance de Tunis dénonce une entorse aux procédures. Explications.

L’arrestation énigmatique le 31 décembre de Noureddine Bhiri, figure clé du parti Ennahdha et ex-ministre de la Justice, continue de soulever des questions malgré les explications fournies le 3 janvier par le ministre de l’Intérieur, Taoufik Charfeddine. L’affaire, avec ses zones d’ombre, a pris des proportions telles qu’elle résume les failles et les schismes qui affectent les rapports institutionnels en Tunisie.
Il faut remonter au 25 juillet 2021 pour comprendre le clivage qui traverse l’opinion tunisienne. Lorsque le président de la République, Kaïs Saïed, décide de geler l’Assemblée, de dissoudre le gouvernement Mechichi et de s’arroger tous les pouvoirs, une large part des Tunisiens, unis par leur rejet des islamistes, estiment qu’il agit contre Ennahdha, son pouvoir de nuisance et sa mauvaise gouvernance.
De facto, le Parlement était jusqu’alors dominé par le parti islamiste, qui avait également pris sous son aile le chef du gouvernement Hichem Mechichi.

Le malentendu s’installe. Car Kaïs Saïed s’était surtout engagé à traiter la vérole de la corruption et à veiller à une redistribution équitable des richesses avec l’idée d’instaurer un nouveau système politique.
État d’urgence


Frida Dahmani
2022-01-05 11:20:22

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page