Monde

Le Mali mis au ban par l’Afrique de l’Ouest


Les dirigeants de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) lors du sommet extraordinaire du 9 janvier 2022, à Accra (Ghana). IVORY COAST PRESIDENTIAL PRESS S / REUTERS Frapper fort en espérant que la violence du coup amène les effrontés à de meilleures intentions. C’est en substance la stratégie adoptée, dimanche 9 janvier, par les chefs d’Etat d’Afrique de l’Ouest pour contraindre le colonel Assimi Goïta, le chef de la junte malienne, et son gouvernement de transition à céder la place à un président élu bien plus vite qu’ils l’entendent. Réunis à Accra, la capitale ghanéenne, pour un huitième sommet consacré au Mali depuis le coup d’Etat d’août 2020, les présidents et représentants des pays membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) ont en effet lourdement renforcé les sanctions déjà prises en décembre contre les autorités de Bamako. Parmi la batterie de nouvelles mesures annoncées « avec application immédiate » : la fermeture des frontières terrestres et aériennes avec le Mali ; la suspension de toute transaction commerciale, à l’exception des produits de première nécessité, des médicaments, des produits pétroliers et de l’électricité, et le gel des avoirs du Mali à la Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest dans toutes les banques commerciales de la région. Lire aussi Au Mali, la junte propose un nouveau calendrier pour rendre le pouvoir aux civils Si sa levée « graduelle » est conditionnée à « la finalisation et la mise en œuvre d’un chronogramme acceptable et agréé », cette mise au ban diplomatique et sous blocus économique pour permettre un retour à l’ordre constitutionnel apparaissait comme inexorable. La dernière tournée régionale du chef de la diplomatie malienne pour tenter d’arracher la clémence de ses voisins ou bien encore l’offre de dernière minute d’Assimi Goïta, afin de « maintenir le dialogue et une bonne coopération avec la Cédéao », de remettre son pouvoir à un président élu dans quatre ans plutôt que dans cinq, ont été de nul effet. Les chefs d’Etat ont dans leur communiqué jugé « totalement inacceptable » le calendrier qui leur avait été proposé fin décembre 2021, estimant que celui-ci « signifie simplement qu’un gouvernement de transition militaire illégitime prendra en otage le peuple malien durant les cinq prochaines années. » Le choix des mots n’est pas anodin dans une région qui se croyait débarrassée des putschs et qui a vu en moins de dix-huit mois deux jeunes officiers renverser de vieux présidents « élus » au Mali puis en Guinée. Il traduit autant la volonté des présidences d’Afrique de l’Ouest de circonscrire au plus vite ce retour des militaires sur la scène politique que leur exaspération particulière à l’endroit du chef de la junte malienne et du gouvernement qui l’entoure. Il vous reste 60.73% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

2022-01-10 03:09:23

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page