Economie

à Abidjan, les six chantiers prioritaires d’une transformation capitale – Jeune Afrique

Vitrine et, souvent, porte d’entrée du pays, Abidjan fourmille de grands projets. On pense bien sûr au quatrième pont et au métro, mais la lagune et le port font aussi l’objet de toutes les attentions, tandis qu’un nouveau quartier des finances est sur les rails.

La Côte d’Ivoire tout entière est toujours en chantier, et la capitale économique, Abidjan, porte d’entrée et vitrine du pays, bénéficie de gros projets de développement. Le gouvernement du Premier ministre Patrick Achi a validé le nouveau programme national de développement (PND) pour la période 2021-2025. Ce plan ambitieux prévoit des investissements de plus de 59 000 milliards de F CFA (90 milliards d’euros), en priorité dans les infrastructures modernes qui amorceront le changement structurel du pays.
Ce plan reprend les différents projets qui n’avaient pas été réalisés lors des deux précédents quinquennats. L’achèvement du PND favorisera une reprise forte de la croissance à 8 % pour la période 2021-2025. À Abidjan, le cœur névralgique de l’économie nationale connaît d’importantes transformations. Plusieurs projets d’envergure sont en cours de réalisation pour doter la ville d’infrastructures modernes.

Le port d’Abidjan accélère sa transformation
La plateforme portuaire d’Abidjan est en chantier. L’un des défis de Hien Sié, directeur général du port, est de rendre ce dernier attractif et compétitif. Le manque d’investissement en l’espace de plus de vingt ans a favorisé le rattrapage du port par ses concurrents. « Nous accélérons les investissements. Notre problème est surtout lié à la congestion du port. Le boulevard qui traverse l’enceinte est aujourd’hui dépassé. Il avait été construit dans les années 1960, quand le port réalisait un trafic de 4 millions de tonnes », explique Hien Sié.
La compétitivité du port demeure un problème. La congestion de cette plateforme logistique impacte ses performances. Pour lever tous ses obstacles, Abidjan intensifie les projets et veut demeurer le principal port du golfe de Guinée et un hub, malgré les investissements accrus dans les sites concurrents de Tema au Ghana, Lomé au Togo ou Kribi au Cameroun. Ce vaste plan prévoyait entre autres l’élargissement et l’approfondissement du canal de Vridi, la principale voie d’entrée, pour permettre l’accès de grands navires marchands. Cette infrastructure financée à plus de 150 milliards de F CFA a été réalisée et livrée en février 2019. Le port attend la fin des travaux du deuxième terminal à conteneurs pour juillet 2022.


Baudelaire Mieu
2022-01-09 11:46:05

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page